De livres en livres

"Lire comme respirer est une fonction qui nous définit" Alberto Manguel

B.O.B et moi…

Posted by goelen sur 12 janvier 2010

NELL FREUDENBERGER, LE DISSIDENT CHINOIS, Quai Voltaire, 2010. Traduit par Clément Baude.

C’est mon second coup d’essai avec BOB. Je scrute leur partenariat pour découvrir des maisons d’éditions que je ne connais pas ou très peu. C’était le cas ici.

Yuan Zhao est un artiste chinois, invité a passé un an à Los Angeles. Il est accueilli par la famille Travers : Cece la mère qui travaille dans l’école où va enseigner Yuan pendat quelques mois, Gordon le père psychanalyste qui n’est attentif à personne d’autre qu’à lui-même, Olivia l’aînée et Max dont le sort inquiète beaucoup sa mère (il a été retrouvé par un policier, une arme à la main disant qu’il voulait se suicider). D’autres personnages se joignent à eux pour compliquer encore un peu le tableau : Phil, le frère de Gordon amoureux de Cece avec qui il a eu une aventure, Meiling l’ex de Yuan qu’il ne parvient pas à oublier et le fameux X son cousin à l’origine de sa venue aux USA.

Bon cela semble un epu confus tout ça, mais c’est normal. Moi-même je n’ai pas bien compris ce que l’auteur avait envie de nous dire. Je ne me suis attachée à aucun des personnages. Cece est pénible de prévenance, de naïveté. Elle m’a fait l’effet d’une nunuche pour qui l’essentiel est le bien-être de ses animaux. Je n’ai rien contre eux mais un humain qui fait passer les bêtes avant les autres humains ça m’agace prodigieusement. Yuan ne sait pas pourquoi il est là, ne sais pas comment s’y prendre et se perd dans ses souvenirs. Il n’y a guère que Max qui m’a un peu réveillée pendant la lecture avec son esprit rebelle du jeune qui ne sait plus quoi faire pour exprimer ce qu’il ressent.

A la lecture du résumé, je me suis dit « c’est typiquement le genre de roman qui peut me plaire ». J’aime les histoire de famille complexes, un peu d’histoire chinoise par là-dessus et des adultes perdus se noyant dans leurs problèmes, la sauce aurait dû prendre. Et bien non, à tel point que j’ai refermé le livre à la 214ème page.

Ce roman n’est pas pour moi ça c’est sûr. Peut-être pour l’un d’entre vous ? Qui veut essayer ?

Merci à BOB et aussi éditions de la Table ronde pour l’envoi.


8 Réponses vers “B.O.B et moi…”

  1. lael said

    je vais passer mon tour pour celui ci, pas tentée par l’histoire je fais confiance à ton avis!

  2. Lo said

    J’ai lu un autre titre proposé par le partenariat avec la Table Ronde, mais sans être conquise non plus… mais en allant néeanmoins jusqu’à la dernière page.
    Ce sera mieux la prochaine fois !

  3. Yv said

    Bonjour, je l’ai reçu moi aussi par BOB. Je suis moins catégorique que toi. Je trouve, certes, les personnages caricaturaux, mais l’ensemble ne m’a pas totalement déplu.

  4. Joelle said

    Je passe mon tour sur celui-ci … ce n’est pas comme si j’étais en panne de titres à lire 😉 mdr ! Et puis aussi, bonne année 2010 !!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :